• « The Readers » des 6ème au CDI: Café littéraire et francophonie avec Alexandre Najjar 14 photos

    Type
    Centres de documentation
    Date
    07/04/2017

    L’auteur et avocat Alexandre Najjar en confrontation avec ses lecteurs
    Voulant épicer leurs lectures par des livres francophones, les participants du concours Lire Délire en 6ème, ayant passé l’épreuve orale en français ont entamé le voyage culturel dans le monde de l’avocat et écrivain libanais Maître Alexandre Najjar.
    L’œuvre exploitée est le dragon de komodo qu’ils ont connu également dans un reportage de National Geographic.
    Partant de la citation relevée du livre Kadicha de l’auteur : « Comme la lecture, l’écriture est un voyage », trois extraits sont lus et suivis d’un atelier d’écriture où les Readers ont déployé leur créativité à travers des récits de leur imagination.
    Cet atelier prend la forme d’un café littéraire au CDI et Me.Najjar est l’hôte principal.
    Le mercredi 5 avril à 11h précises commence l’intervention de l’auteur qui a mis le point sur l’importance de la lecture en général et en particulier la lecture de livres.
    Suite à son discours motivant, nos écrivains en herbe enchaînent par la présentation de leurs productions : trois récits dans lesquels ils ont employé un vocabulaire similaire au texte original mais avec une histoire différente.
    L’étape cruciale est l’échange qui a eu lieu à travers des questions réponses auxquelles l’intervenant a répondu d’une manière étayée évoquant des souvenirs de son enfance, de ses premières écritures, des personnes qui l’ont inspiré, des livres qui l’ont intéressé. Il a mentionné son désir de viser haut et grand, de son rêve d’accéder à l’Académie Française à la manière de son prédécesseur Amin Maalouf une fois le moment devient opportun.
    L’écriture en elle-même pour lui est non seulement la transmission de messages mais un défoulement et un partage de sentiments.
    Il a appris à nos jeunes contents d’avoir rencontré un auteur que les frontières du réel n’existent pas pour les ambitieux et que l’imagination peut mener plus loin que ses propres horizons. Mirna Khoury Helou Responsable du CDI